Rechercher


Accueil > Les stations marines > Wimereux

La Station Marine

par Elsa BRETON - publié le , mis à jour le

Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences UMR 8187, 28-32 avenue Foch-62930 Wimereux. http://log.univ-littoral.fr/

S’étendant sur une superficie d’environ 77 000 km2, la Manche orientale est une mer épicontinentale peu profonde (<50 m), et à fort hydrodynamisme lié au régime marégraphique semi-diurne (2 marées par jour) et mégatidal (amplitude de marée > 8 m en période de vives-eaux). Elle est sous l’influence non seulement d’apports des eaux Atlantiques mais aussi d’apports continentaux (Seine et Somme principalement au Sud, et complexe Rhin-Meuse-Escault en cas de vents de Nord-Est forts). La dérive résiduelle liée aux courants de marées entraîne les eaux vers la mer du Nord à travers le détroit du Pas de Calais à une vitesse élevée de 2,7 milles par jour (Salomon & Breton, 1991). Les eaux côtières sont séparées des eaux du large par une zone frontale non permanente, la stratification disparaissant en vives-eaux (Brylinski & Lagadeuc, 1990). Celles-ci sont appelées « fleuve côtier » (Brylinski et al., 1991) sont caractérisées par une dessalure relative, des quantités de matière organique comme des concentrations en phyto-et zooplancton plus importantes du fait d’apports continentaux plaqués à la côte.

Le SOMLIT-Wimereux effectue les prélèvements d’eau à bord du bateau océanographique Sepia II, en sub-surface (-2m, point S) et près du fond de la colonne d’eau (point F) à deux stations, point C (50°40’75 N 1°31’17 E à 1 mile de la côte ;profondeur 21 m) et point L (50°40’75 N 1°24’60 E à 5 miles de la côte, profondeur 50 m) au sud de Boulogne-sur-mer. Des profils verticaux en continu au moyen d’une sonde Seabird (SBE 19 ou 25) sont également effectués. Les prélèvements s’effectuent en vive-eaux (fréquence bimensuelle) et à pleine mer, ce qui permet de caractériser des eaux typiquement côtières (dites "fleuve côtier" et des eaux dites ‘du large’.